Trouve ta voix

ACCUEIL

NOUS CONNAITRE

NOS ACTIONS

S’ENGAGER À NOS CÔTÉS

BLOG

Discuter, est-ce renoncer à la violence ?

C’est sur ce sujet que les élèves de terminale ont dû s’interroger durant 4 heures lors de l’épreuve du baccalauréat de philosophie. Si la réponse est propre à chacun.e et biaisée par une subjectivité évidente, nous, chez Trouve Ta Voix, sommes intimement convaincus que discuter, c’est renoncer à la violence.

Discuter. Parler. Communiquer. Prendre la parole. Oser. Echanger. Prendre sa place dans le débat démocratique. Tant d’antonymes à la violence. Comment un échange construit, éclairé et bienveillant pourrait-il entrainer violence, agressivité et animosité ? Comment un individu à l’écoute, ouvert et prêt à remettre en question ses propres opinions pourrait-il sombrer dans la violence ?

 

« Quand le langage régresse, la violence progresse ». Cette citation de Philippe Meirieu exprime si justement notre conviction. Un débat démocratique fertile est un espace où chacun se sent légitime et libre de prendre la parole, d’exprimer ses opinions, d’écouter l’autre. De comprendre l’autre ou, à tout le moins, de l’accepter. De discuter, tout simplement. Là où le désaccord apparait, la discussion nait. Non la violence.

 

C’est en s’exprimant que notre vision du monde s’élargit et se complète. S’ouvre alors le champ des possibles, accompagné de sa palette de connaissances et de nuances. C’est uniquement en en ayant pleinement conscience que l’on peut prôner un discours éclairé, réfléchi et posé. Autrement, la violence, en toute subtilité, s’invite et se dévoile, fait sa danse, s’immisce et finit par s’imposer.

 

C’est justement lorsque l’on s’arrête de parler, d’échanger, de communiquer que l’on laisse pénétrer la violence. La violence du silence. La violence des divergences. La violence de la mésentente. La violence de l’indifférence.

 

Alors, réalisons que chacun a une voix, et que cette voix compte. C’est sur cette conviction que Trouve Ta Voix s’est bâtie, année après année, et celle-ci trouve encore aujourd’hui tout son sens. En donnant la parole aux lycéens, en leur prouvant que leur voix est écoutée, respectée et qu’elle peut mener à des sphères jusque-là inexplorées, nous leur donnons les clefs de la discussion, de l’écoute. Pour qu’ils osent parler, chacun avec leurs mots – leurs beaux mots, pour apprendre, s’ouvrir et s’émanciper, mais aussi aider. Car c’est parfois en s’exprimant que l’on aide autrui, tant à comprendre le monde qui l’entoure que soi-même.

 

Mais discuter, c’est aussi écouter. Ecouter l’autre, son avis, ses opinions, avec bienveillance. C’est pourquoi chez TTV, nous prônons une intelligence collective, au terme de laquelle chacune des décisions résulte non pas d’un élève mais du groupe en son entièreté. Chacun, avec ses connaissances, son expérience et son imagination, apporte sa pierre et façonne la solution dégagée par la classe. La finalité n’est autre, en somme, qu’un entremêlement des personnalités et intelligences plurielles. Cela peut et doit mener à une discussion fertile, nécessaire dans une société démocratique.

 

Notre voix est un pouvoir, riche et inespéré. Utilisons-là. Eloignons-nous de la violence, discutons. Il reste du chemin, mais lorsque chaque personne prendra conscience de sa voix et de sa puissance, nous pourrons alors, tous ensemble, crier victoire.

 

Florine Perbost

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.